Accueil > Maison > Un poêle à bois, oui mais lequel ?

Un poêle à bois, oui mais lequel ?



Exit les poêles à bois de première génération. Aujourd’hui, les poêles de nouvelle génération allient tantôt technologie et esprit vintage tantôt raffinement et minimalisme par exemple. Des modèles très étonnants avec miroir, range-bûches ou encore fauteuil en cuir intégré parmi de nombreuses possibilités. De quoi satisfaire toutes les envies, tous les goûts et faciliter leur intégration selon le style de déco. Mais voilà, pour bien choisir celui qui convient parmi la large gamme existante de poêles à bois CS Thermos notamment, gros plan sur les critères de choix.

Les catégories de poêle à bois 

Fonctionnement de manière intermittente, le poêle est dédié au plaisir du feu en chauffage d’appoint, mais peut également être utilisé comme chauffage principal. Dans les deux cas, il suppose que l’espace soit couvert, ventilé et qu’un conduit puisse évacuer les fumées. 

Dans le cas d’un chauffage principal, mieux vaut préférer les poêles à granulés. Ils offrent en effet un confort à l’utilisation non négligeable. Ils permettent également d’opter pour un système de programmation et de régulation de la température, de quoi optimiser le confort des habitants du logement. Si le dispositif fonctionne avec des bûches, mieux vaut lui préférer un poêle de masse également appelé poêle à accumulation ou à inertie. Ce modèle permet de restituer la chaleur accumulée de manière progressive. 

Les critères de choix

À l’image d’une machine à laver le linge ou d’une paire de chaussures, selon le besoin, un modèle est plus adapté qu’un autre. Et, le cas des poêles à bois ne fait pas exception à la règle. 

Le rendement est un critère important. Le rendement est le rapport entre l’énergie qui est produite par le poêle et l’énergie qui est consommée. Dès lors, plus le rendement est élevé et moins l’appareil consommera du bois. Un critère d’autant plus important si les possibilités de stockage en bois sont faibles. Et, détail qui a son importance, pour être éligible au label Flamme Verte, le poêle à bois doit avoir un rendement à minima de 75 % notamment. 

Pour éviter les écarts de températures significatifs d’une pièce à l’autre, la puissance du poêle doit être calée sur les besoins et la typologie du logement. On estime qu’il faut compter environ 100 W par mètre carré pour un logement rénové ou récent, 60 W par mètre carré pour une maison répondant aux normes RT 2012, 30 W par mètre carré pour une maison passive. Mieux vaut dans le cas d’une maison ancienne refaire l’isolation du logement avant d’installer un poêle à bois. Enfin, les rendements indiqués par le constructeur valent pour un fonctionnement à pleine puissance. Mieux vaut dès lors ne pas fermer les arrivées d’air sans quoi ses performances sont réduites et l’appareil s’encrasse. Le poêle n’est pas conçu pour fonctionner en sous-régime !

En général, les poêles sont en fonte ou en acier. L’acier est un alliage de fer et de carbone, sa résistance à la chaleur est très bonne et il tend à se dilater sous l’effet de la chaleur. Son aspect est plus fin et il peut donc être travaillé. Il offre un bon confort de par sa faible inertie et facilite la diffusion de la chaleur. La fonte est un alliage de fer et de carbone. Sa résistance à la chaleur est très bonne. Ce matériau conserve la chaleur de manière optimale, la restitue de manière uniforme et plus lente. Son aspect reste néanmoins plus granuleux. Le choix du matériau dépend donc du confort et de la réactivité attendus. La diffusion de la chaleur peut se faire par convection ou par rayonnement. Le premier cas permet une diffusion plus rapide et réactive.  

La taille du foyer est également un critère de choix qui détermine l’autonomie du corps de corps de chauffe. À noter qu’il est préférable d’avoir un feu soutenu dans un petit foyer qu’un feu brûlant au ralenti dans un grand foyer. Le gabarit du foyer doit donc lui aussi être adapté à ses besoins. En parallèle concernant le choix du bois, plus le bois est coupé petit, plus il coûte cher et plus il est sec. Pour que la combustion soit parfaite, le taux d’humidité doit être inférieur à 20 voire 10%.


Notez cet article :

Auteur : Elodie


Commentaires :




Rejoignez
la communauté
Intermaison


+ de 120 000 membres

+ le kit déco offert


Votre préférence ?